TRADUCTION : Prof. R. Tri­quet / Ver­sion orig­i­nale : (EN).

ORIGINE : U.S.A.

DATE OF PUBLICATION OF STANDARD OFFICIEL EN VIGUEUR : 17.05.1993.

UTILISATION : Leveur de gibier, chien de com­pag­nie.

CLASSIFICATION FCI : Groupe 8 — Chiens rap­por­teurs de gibier — Chiens leveurs de gibier — Chiens d’eau. Sec­tion 2 Chiens leveurs de gibier ou brous­sailleurs. Sans épreuve de tra­vail.

ASPECT GENERAL : Le Cock­er Améri­cain est le plus petit du groupe des chiens pour ama­teurs de chas­se et de pêche. Le corps est robuste et com­pact. La tête, aux lignes pures, est fine­ment ciselée. Le Cock­er Améri­cain doit présen­ter un ensem­ble par­faite­ment équili­bré et une hau­teur au gar­rot idéale. En sta­tion, il est bien relevé dans la région de l’épaule. Les mem­bres antérieurs sont d’aplomb et la ligne du dessus descend légère­ment vers l’arrière-main fort, mus­clé et mod­éré­ment angulé. C’est un chien capa­ble d’ attein­dre une vitesse con­sid­érable tout en ayant beau­coup d’endurance. Par dessus tout, il doit être dégagé dans ses allures, gai, solide, bien équili­bré dans toutes ses par­ties et mon­tr­er un vif intérêt pour le tra­vail. Le chien har­monieux dans toutes ses par­ties est préférable au chien dont les qual­ités et les défauts for­ment un con­traste frap­pant.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du corps, de la pointe du ster­num à la pointe de la fesse, est légère­ment supérieure à la hau­teur du gar­rot au sol. Le corps doit être d’une longueur suff­isante pour per­me­t­tre un mou­ve­ment dégagé, dans l’axe du corps. Le chien né donne jamais l’impression d’être long ou bas sur pattes.

COMPORTEMENT / CARACTERE : D’un naturel égal et nulle­ment crain­tif.

TETE : Pour que la tête soit bien pro­por­tion­née, c’est-à-dire en har­monie avec le reste du corps, elle doit présen­ter un aspect intel­li­gent, éveil­lé, doux et attachant.

REGION CRANIENNE :
Crâne : Arron­di, mais sans exagéra­tion ; aucune ten­dance à être plat. Les arcades sour­cil­ières sont net­te­ment dess­inées. Les struc­tures osseuses sous les yeux sont bien ciselées et les joues né sont pas sail­lantes.
Stop : Pronon­cé.

REGION FACIALE :
Truffe : De taille suff­isante par rap­port au muse­au et au chan­frein. Les nar­ines sont bien dévelop­pées, ce qui est typ­ique chez un chien de chas­se. La truffe est noire chez les Cock­ers à robe noire, noir et feu et noir et blanc. Dans les autres couleurs de robe, la truffe peut être mar­ron, foie ou noire, le plus fon­cé étant préférable. La couleur de la truffe s’harmonise avec celle du pour­tour des yeux.
Muse­au : Large et haut. Pour que les pro­por­tions soient cor­rectes, il faut que la dis­tance du stop à l’extrémité de la truffe soit égale à la moitié de la dis­tance du stop au som­met de la crête occip­i­tale. Lèvres: La lèvre supérieure a de la sub­stance et descend suff­isam­ment pour cou­vrir la mâchoire inférieure.
Mâchoires/dents : Les mâchoires sont car­rées, d’égale longueur. Dents fortes et saines, pas trop petites. Artic­ulé en ciseaux.
Joues : Elles né sont pas sail­lantes.
Yeux : Le globe ocu­laire est rond et rem­plit bien l’orbite. Les yeux regar­dent droit devant. Ils sont légère­ment en amande. Ils né doivent être ni trop petits ni glob­uleux. L’iris est de couleur mar­ron fon­cé ; plus il est fon­cé, mieux cela vaut.
Oreilles : Pavil­lon fin, long, en forme de lobe, bien gar­ni de franges. L’oreille n’est pas attachée plus haut que le niveau de la par­tie inférieure de l’œil.

COU : Il est suff­isam­ment long pour que le nez puisse facile­ment touch­er le sol. Il est mus­clé et exempt de fanon. La sor­tie d’ encolure est forte, puis le cou se galbe légère­ment tout en s’amenuisant pro­gres­sive­ment jusqu'à l’attaché de la tête.

CORPS :
Ligne du dessus : Légère­ment inclinée vers l’arrière-main mus­clé.
Dos : Fort. La ligne du dessus descend douce­ment et de façon régulière du gar­rot à l’attaché de la queue, qui est écourtée.
Poitrine : Elle est haute et descend au moins au niveau des coudes ; la région antérieure de la poitrine est suff­isam­ment large pour loger le cœur et les poumons, mais pas au point de gên­er le mou­ve­ment des mem­bres antérieurs vers l’avant. Les côtes sont bien descen­dues et bien cin­trées.

QUEUE : La queue écourtée est attachée et portée en pro­longe­ment de la ligne du dos ou légère­ment plus haut. Elle n’est jamais dressée comme celle d’un ter­ri­er ou basse au point de dénot­er la crainte. Quand le chien est en action, la queue frétille.

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :
Vue d’ensemble : Les antérieurs sont par­al­lèles, droits, forte­ment char­p­en­tés, mus­clés et dis­posés con­tre le corps bien sous les omo­plates.
Epaule : L’épaule, bien oblique, forme avec le bras un angle d’environ 90°, ce qui per­met le libre jeu des antérieurs que le chien porte en avant avec beau­coup d’ exten­sion. L ’épaule est net­te­ment dess­inée et inclinée, sans faire de sail­lie. Elle est placée de telle sorte que l’extrémité supérieure du gar­rot offre une incli­nai­son qui per­met aux côtes d’être bien cin­trées.
Coude : Vu de pro­fil, les antérieurs étant ver­ti­caux, le coude est situé à l’aplomb du som­met de l’omoplate.
Métacarpe : Court et fort. On peut faire l’ablation des ergots (pouces antérieurs).
Pieds antérieurs : Com­pacts, grands, ronds et fer­mes. Ils présen­tent des coussinets durs comme de la corne. Ils né sont tournés ni en dedans ni en dehors.

MEMBRES POSTERIEURS :
Vue d’ensemble : Vus de der­rière, les mem­bres postérieurs sont par­al­lèles, en action comme en sta­tion. Ils sont forte­ment char­p­en­tés et mus­clés.
Hanch­es : Larges, l’arrière-train bien arron­di et mus­clé.
Cuisse : Puis­sante et net­te­ment dess­inée.
Gras­set (genou) : Mod­éré­ment angulé. L’articulation est solide et, en action comme en sta­tion, né doit présen­ter aucune lax­ité.
Jar­ret : Fort et bien descen­du. On peut faire l’ablation des ergots.
Pieds postérieurs : Com­pacts, grands, ronds et fer­mes. Ils présen­tent des coussinets durs comme de la corne. Ils né sont tournés ni en dedans ni en dehors.

ALLURES :

Le Cock­er Améri­cain, quoique le plus petit du groupe des chiens pour ama­teurs de chas­se et de pêche, a l’allure typ­ique d’un chien de chas­se. L’équilibre entre l’avant-main et l’arrière-main est la con­di­tion indis­pens­able à une bonne allure. Le chien donne l’impulsion grâce à son arrière-main vigoureux et puis­sant ; la con­struc­tion cor­recte de ses épaules et de ses mem­bres antérieurs fait qu’il peut dévelop­per le mem­bre vers l’avant sans aucune con­trainte, en une enjam­bée ample pour répon­dre à l’impulsion de l’arrière. Avant-tout, ses allures sont coor­don­nées, régulières et faciles. Le chien, dans son action, doit cou­vrir le ter­rain, et il né faut pas con­fon­dre le chien remuant et le chien aux allures cor­rectes.

ROBE

Qual­ité du poil : Sur la tête, le poil est court et fin ; sur le corps, il est de longueur moyenne avec suff­isam­ment de sous-poil pour en assur­er la pro­tec­tion. Les oreilles, la poitrine, l’abdomen et les mem­bres sont bien frangés, mais sans excès afin de né pas cacher les vraies lignes et le mou­ve­ment du Cock­er et de né pas nuire à son aspect ou à sa fonc­tion de chien de chas­se au poil mod­éré­ment fourni.

La tex­ture est des plus impor­tantes. Le poil est soyeux, plat ou légère­ment ondulé; sa tex­ture facilite l’entretien. Le poil trop abon­dant, bouclé ou coton­neux doit être sévère­ment pénal­isé. L’emploi de la ton­deuse élec­trique sur le poil du dos n’est pas souhaitable. Le toi­let­tage qui con­siste à met­tre en valeur les vraies lignes du chien doit être effec­tué de façon à sem­bler aus­si naturel que pos­si­ble.

Couleur du poil et mar­ques :
Noirs : Robe uni­col­ore noire et égale­ment robe noire avec extrémités feu. Le noir doit être de jais. Les reflets mar­rons ou foie dans la robe né sont pas souhaita­bles. On admet­tra un peu de blanc sur la poitrine et/ou à la gorge. Le blanc en toute autre région sera élim­i­na­toire.
Toute couleur unie autre que le noir (ASCOB) : Toute couleur unie autre que le noir, allant de la couleur crème la plus claire au rouge le plus som­bre, y com­pris le mar­ron et le mar­ron avec extrémités feu. La couleur doit être d’un ton uni­forme, mais on admet­tra des franges plus claires. On per­me­t­tra un peu de blanc sur la poitrine et/ou à la gorge. Le blanc en toute autre région sera élim­i­na­toire.
Pluri­col­ores : Deux couleurs unies ou davan­tages, bien répar­ties, l’une d’entre elles devant être le blanc ; noir et blanc, rouge et blanc (le rouge pou­vant aller du crème le plus clair au rouge le plus fon­cé), mar­ron et blanc, et rouan, y com­pris n’importe laque­lle de ces com­bi­naisons avec les extrémités feu. Il est préférable que les mar­ques feu soient local­isées selon le même patron que chez les noirs et les « toute couleur unie autre que le noir ». Les rouans sont classés avec les pluri­col­ores et peu­vent présen­ter n’importe lequel des patrons habituels du rouan. La couleur du fond de la robe cou­vrant 90% ou plus de la robe est élim­i­na­toire.
Mar­ques feu : La couleur feu peut aller du crème le plus clair au rouge le plus fon­cé et né doit cou­vrir au plus que 10% de la robe. Les tach­es feu cou­vrant plus de 10% sont élim­i­na­toires. Chez les noirs et les « toute couleur unie autre que le noir » qui por­tent des mar­ques feu, celles-ci seront local­isées selon le sché­ma suiv­ant :
1. Petite tache arrondie, nette, au-dessus de chaque œil.
2. Mar­ques sur les côtés du muse­au et sur les joues.
3. Sur la par­tie inférieure des oreilles. 4. Sur les qua­tre pieds et/ou les qua­tre mem­bres.
5. Sous la queue.
6. Sur le poitrail : fac­ul­tatif ; présence ou absence non pénal­isée.
Les mar­ques feu qui né sont pas net­te­ment vis­i­bles ou qui se résu­ment à des traces seront pénal­isées. Les mar­ques feu sur le muse­au qui s’étendent vers le haut, sur le dessus, et qui se joignent seront égale­ment pénal­isées. Chez les sujets qui por­tent des mar­ques feu dans les var­iétés « noir » et « toute couleur unie autre que le noir », l’absence de mar­que feu dans l’une quel­conque des local­i­sa­tions spé­ci­fiées sera élim­i­na­toire.

TAILLE : La hau­teur idéale au gar­rot chez le mâle adulte est de 15 pouces (38,10 cm) et chez la femelle adulte de 14 pouces (35,56 cm). La taille peut vari­er d’un demi pouce en plus ou en moins (1,27 cm). Le mâle, dont la hau­teur au gar­rot excède 15 1⁄2 pouces (39,37 cm) et la femelle dont la hau­teur excède 14 1⁄2 pouces (36,83 cm)seront élim­inés. Les mâles dont la hau­teur au gar­rot n’atteint pas 14 1⁄2 pouces (36,83 cm), et les femelles dont la taille n’atteint pas 13 1⁄2 pouces (34,29 cm) seront pénal­isés. La taille est déter­minée par la per­pen­dic­u­laire au sol menée du som­met de l’omoplate, le chien se ten­ant debout naturelle­ment, les mem­bres antérieurs et les canons métatar­siens étant ver­ti­caux.

DEFAUTS : Tout écart par rap­port à ce qui précède doit être con­sid­éré comme un défaut qui sera pénal­isé en fonc­tion de sa grav­ité et de ses con­séquences sur la san­té et le bien être du chien.

DEFAUTS ENTRAINANT L’EXCLUSION :

    • Chien agres­sif ou peureux.
    • Tout chien présen­tant de façon évi­dente des anom­alies d’ ordrephysique ou com­porte­men­tal sera dis­qual­i­fié.
    • Couleur et mar­ques : les couleurs men­tion­nées plus haut sont lesseules couleurs ou com­bi­naisons de couleur admis­es. Toute autre­couleur ou com­bi­nai­son de couleur est élim­i­na­toire.
    • Chez les noirs : mar­ques blanch­es ailleurs que sur le poitrail et la gorge.
    • Toute couleur unie autre que le noir : mar­ques blanch­es ailleurs que sur le poitrail et la gorge.
    • Pluri­col­ores : couleur du fond de la robe cou­vrant 90%ou plus de l’ ensem­ble.
    • Mar­ques feu :

      1. Mar­ques feu cou­vrant plus de 10% de la robe.
      2. Absence de mar­ques feu chez les chiens noirs ou la var­iétés« toute couleur unie autre que le noir »dans l’une quel­conque des local­i­sa­tions spé­ci­fiées chez les chiens par ailleurs mar­qués de feu (mar­qués de fauve).

    • Taille : Mâles de plus de 15 1⁄2 pouces (39,37 cm) — Femelles de plus de 14 1⁄2 pouces (36,83 cm).

N.B.:

      • Les mâles doivent avoir deux tes­tic­ules d’aspect nor­mal com­plète­ment descen­dus dans le scro­tum.
      • Seuls les chiens sains et capa­bles d’accomplir les fonc­tions pour lesquelles ils ont été sélec­tion­nés, et dont la mor­pholo­gie est typ­ique de la race, peu­vent être util­isés pour la repro­duc­tion.

error: Non copie - Content is protected !!