Copie traduite de Health Foundation ASC ORIENTATION D'ÉLEVAGE RESPONSABILITÉS DES ÉLEVEURS.

Tous les éle­veurs de Cockers doivent se sen­tir res­pon­sables de l'avenir de la race qu'ils ont choi­si d'utiliser pour leur propre plai­sir. Par­mi leurs objec­tifs logique, il importe, non seule­ment d'améliorer la per­for­mance de leur lignée en beau­té, en obé­dience, ou sur le ter­rain, mais aus­si d’améliorer la qua­li­té de leurs chiots de com­pa­gnie. Trop sou­vent, on ne se pré­oc­cupe pas ou peu de l’éradication des tares héré­di­taires, bien que cela change d'une manière posi­tive.

En tant qu’éleveurs res­pon­sables et membres de l'American Spa­niel Club, nous devons au Cocker Amé­ri­cain de déployer de sérieux efforts pour réduire l'incidence des tares héré­di­taires. Nous devons être conscients de tous les pro­blèmes de san­té au sein de notre race. Ces recom­man­da­tions ne concernent que quelques-unes des tares les plus répan­dues et les plus graves. Actuel­le­ment, notre registre de san­té réper­to­rie tous les Cockers qui lui sont sou­mis et qui sont exempts des tares que nous sommes en mesure de contrô­ler par des tests stan­dar­di­sés.

Lorsque nous envi­sa­geons une repro­duc­tion, nous devons éva­luer nos lignées, non seule­ment pour la struc­ture, le type, l'attitude et le tem­pé­ra­ment, mais aus­si pour les tares de san­té. Les Cockers avec des carac­té­ris­tiques géné­tiques qui entraînent des dou­leurs ou celles qui exigent un trai­te­ment à vie ou une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale néces­saire à la sur­vie, ne devraient pas repro­duire. Lorsqu’on envi­sage l’élevage de Cockers por­teurs de tares légères, nous devons réflé­chir à ce que le chien peut appor­ter à la race. A-t-il suf­fi­sam­ment de qua­li­tés pour sur­mon­ter les défauts ? Une des contri­bu­tions impor­tantes que nous pou­vons tous faire est de com­mu­ni­quer hon­nê­te­ment. Si un chien déve­loppe une tare, tous les ache­teurs de des­cen­dants qui pour­raient être uti­li­sés pour la repro­duc­tion, et, dans le cas d'un éta­lon, les pro­prié­taires des chiennes de race qu'il a saillies, doivent être aver­tis. De cette façon, d'autres éle­veurs béné­fi­cient d’informations dont ils doivent dis­po­ser pour leurs pro­grammes de sélec­tion et une contri­bu­tion majeure à l'avenir de la race sera réa­li­sée. Enfin, cer­tains pour­raient pen­ser que les recom­man­da­tions pré­sen­tées ici sont trop res­tric­tives. Néan­moins, l'incidence des tares héré­di­taires a atteint de telles pro­por­tions chez les Cockers que seul le strict res­pect des prin­cipes recon­nus de sélec­tion géné­tique pour­ra réduire leur fré­quence.

En sui­vant ces direc­tives, en amé­lio­rant la com­mu­ni­ca­tion sin­cère entre éle­veurs, et en édu­quant et en accom­pa­gnant les nou­veaux éle­veurs, nous pou­vons réduire l'incidence de ces tares qui menacent l'avenir de notre Cocker (Amé­ri­cain).

VINGT PRINCIPES DE BASE DE L'ELEVAGE

Par Ray­mond H.Oppenheimer

Pro­duire régu­liè­re­ment des chiens de concours est un art et Ie légen­daire expert bri­tan­nique a réus­si dans une race dif­fi­cile – le Bull Ter­rier. Si vous avez I'intention d'élever votre propre chien d'exposition, il est impor­tant d'étudier les fon­da­men­taux I

1. Ne faites pas de croi­se­ments hasar­deux. Un croi­se­ment judi­cieux peut être d'une grande valeur un mariage incon­sé­quent risque de pro­duire l'accumulation de tous les défauts ima­gi­nables de la race.

2. Ne repro­dui­sez pas en lignées uni­que­ment pour le plai­sir de repro­duire en lignées. L'élevage en lignées avec des types com­plé­men­taires peut appor­ter de grandes réus­sites ; avec ceux qui ne sont pas com­plé­men­taires, cela condui­ra à un désastre immé­diat.

3. Ne pre­nez pas conseil auprès d'éleveurs qui n'ont jamais atteint la réus­site. Si leurs opi­nions en valaient la peine, ils I'auraient prou­vé par leurs suc­cès.

4.  Ne don­nez pas foi au cli­ché popu­laire selon lequel le frère ou la sœur du grand cham­pion sont tout aus­si bons pour la repro­duc­tion. C'est vrai une fois sur cent. Cela dépend de I'animal concer­né.

5. N'attribuez pas à vos propres chiens de ver­tus qu'ils ne pos­sèdent pas. L'orgueil est un trem­plin vers l'echec.

6. N'élevez pas à par­tir de mau­vais sujets ; I'absence d'un défaut ne signi­fie en aucun cas [a pré­sence de la qua­li­té cor­res­pon­dante.

7. N'essayez pas de repro­duire en même temps avec deux mâles de deux lignées dif­fé­rentes [NDT : choi­sis­sez votre éta­lon idéal et tenez-y vous !]; vous fini­riez par ne pro­duire la lignée d'aucun d'entre eux.

8. N'évaluez pas la valeur d'un éta­lon d'après sa des­cen­dance de qua­li­té infé­rieure. Tous les repro­duc­teurs génèrent par­fois de moins bons sujets ; ce qui compte, c'est la qua­li­té de leurs meilleurs pro­duits.

9. Ne lais­sez pas les sen­ti­ments per­son­nels influen­cer votre choix d'un éta­lon. Le bon chien pour votre chienne est le bon chien, peu importe son pro­prié­taire.

10. Ne lais­sez pas votre admi­ra­tion pour un éta­lon vous aveu­gler au point de vous faire oublier ses défauts. Votre éblouis­se­ment vous serait très vite fatal.

11. Ne mariez pas des sujets par­ta­geant le même défaut. Vous iriez au devant d'ennuis si vous le faites.

12. N'oubliez pas que c'est le chien dans son ensemble qui importe. Si vous négli­gez une qua­li­té en en cher­chant une autre. vous le paie­rez cher.

13. Ne cher­chez pas le chien par­fait pour votre chienne. Le chien par­fait n'existe pas ! Ni la chienne par­faite !

14. Ne crai­gnez pas de repro­duire avec des ani­maux qui ont des défauts évi­dents tant qu'ils ont des qua­li­tés qui com­pensent. Le manque de qua­li­té est de loin le plus gros défaut.

15. Ne mariez pas de types non com­plé­men­taires. La capa­ci­té à recon­naître le type en un coup d’œil est le meilleur don d'un éle­veur : deman­dez aux éle­veurs che­vron­nés de vous expli­quer ce point – il n'y a pas d'autre moyen d'apprentissage. (Je défi­ni­rais les types de chiens non com­plé­men­taires comme ceux qui ont tous deux les mêmes défauts et manquent des mêmes qua­li­tés.)

16. N'oubliez pas la néces­si­té de pri­vi­lé­gier la qua­li­té de la tête. Cette qua­li­té risque de dis­pa­raître très vite.

17. N'oubliez pas que la sub­stance et la qua­li­té devraient être l'un de vos objec­tifs. N'importe qui peut repro­duire I'un sans I'autre !

18. N,oubliez pas qu'une belle tête et son har­mo­nie devraient être un autre de vos objec­tifs. Beau­coup de gens ne peuvent jamais conju­guer les deux !

19. N'essayez jamais de cri­ti­quer un beau Bull Ter­rier. Le Beau n'est pas seule­ment une joie pour tou­jours, mais un beau Bull Ter­rier devrait être une source de fier­té esthé­tique et de plai­sir pour tous les vrais amou­reux de la race.

20. Ne vous conten­tez que du meilleur. Le second choix n'est jamais assez bon.

error: Non copie - Content is protected !!